L’agriculture conventionnelle est un objet d’étude de l’évolution historique, sociologique et technologique d’une société, sinon d’une civilisation tout entière.

L’agriculture biologique l’est aussi, mais repose également sur une vision culturelle et idéologique de la société en relation avec son environnement.

La question qui se pose est de savoir sur quels fondements philosophiques (s’ils existent) ou sur quelles réalités se construit aujourd’hui l’agriculture de conservation des sols.

Essai sur une philosophie naturaliste post-naïve copiant la nature et sur une paysannerie inscrite dans le temps et l’espace de la société moderne. Et réflexion sur sa capacité d’influence sur les modèles de société à venir.

Lire Réflexions sur une paysannerie moderne

Eric SCHMIDT, Directeur Général délégué de l’IAD